CH La Chartreuse CH La Chartreuse CH La Chartreuse établissement de référence - Dijon / Côte d’Or Psychiatrie - Santé mentale - Addictologie - Handicap psychique
Conférences – SISM 2019

     

Programme complet des SISM 2019
Programme complet interactif des SISM 2019 (version livre)

Mardi 19 Mars | L’ambivalence de la technique : une histoire...

« L’ambivalence de la technique : une histoire des troubles mentaux générés par les techniques du monde industriel, du chemin de fer au téléphone (XIXe – XXe siècle) »

Hervé Guillemain  est historien, maître de conférence à l’université du Maine et membre du Centre de recherches historiques de l’Ouest. Il s’intéresse à l’histoire des pratiques de santé et à celle des patients psychiatriques aux XIXè et XXè siècle.

Les nouvelles techniques de communication peuvent-elles rendre malades ? La question se pose aujourd’hui en psychiatrie à propos du numérique et de ses nombreuses applications. Mais cette question s’est aussi posée en médecine et en psychiatrie dans les siècles précédents à propos de techniques de communication et de transports considérées aujourd’hui comme inoffensives. C’est un retour sur ces débats que propose Hervé Guillemain, historien (Le Mans université, TEMOS CNRS).

Découvrir l’affiche

Mardi 19 mars 2019 – 18h30 / 20h00 – Archives Départementales, 8 rue Jeannin, DIJON

Mercredi 20 Mars | E-santé mentale : quelles pratiques ? Dr Déborah Sebbane et Dr Gérard Milleret

« E-santé mentale : quelles représentations ? Quelles pratiques ? » L’approche des nouveaux outils électroniques au sein de patientèles de médecins généralistes et de Centres Médico Psychologiques.

Restitution de l’EQUME : Étude Qualitative des attentes, besoins et Usages des M-Health (technologie de e-santé mentale).

Dr Déborah Sebbane : chargée de Recherche au Centre Collaborateur OMS de Lille et Dr Gérard Milleret : psychiatre et président de CME (Commission Médicale d’Établissement) au Centre Hospitalier La Chartreuse.

Pour l’OMS, la e-santé pourrait être un moyen efficace d’améliorer la promotion de la santé, la prévention et les pratiques thérapeutiques. Cependant, la e-santé (et plus particulièrement la e-santé mentale) est susceptible d’entraîner des changements socio-anthropologiques majeurs. Des études sont nécessaires pour bien comprendre et accompagner ces changements. Quelles sont les représentations et les pratiques des acteurs dans le domaine de la psychiatrie/ santé mentale dans le contexte actuel d’évolution technologique ? Cette enquête empirique, appelée EQUME, est la première du genre : les utilisateurs, les soignants et les professionnels de la santé ont été invités à exprimer leurs opinions et attentes concernant les TIC dans les soins de santé mentale, dans le cadre d’une recherche qualitative.

Mercredi 20 mars 2019 – 20h00 / 21h00 – CMP Marco Cavallo, 2bis route de Dijon, LONGVIC

Jeudi 21 Mars | Schizophrénie : le rétablissement est possible !

Florent Babillote témoigne d’un parcours atypique : il est devenu soignant dans l’unité où il fut interné. C’est pourquoi, dans son premier ouvrage, il présente sa maladie comme une force : «  Ma schizophrénie est ma force » (Obscure-Clarté, Schizophrénia – Ed. Laius).
Son deuxième livre est une ode à l’amour (« J’ai tendu la main… » – Edilivre).   Florent Babillote est écrivain mais également conférencier : il est intervenu récemment au ministère de la Santé.
Conseils, messages d’espoir, ses conférences sont une expérience unique.

Inscription souhaitée : 06 30 93 99 52 / mpugliese@mgen.fr

Découvrir l’affiche

Jeudi 21 mars 2019 – 19h00 / 21h00 – Salle La Colline, rue Champeau, QUETIGNY

Vendredi 22 Mars | Impact des modes de vie sur notre sommeil

Conférence proposée par l’équipe de l’unité du sommeil du Centre Hospitalier La Chartreuse.

Découvrir l’affiche

Vendredi 22 mars 2019 – 14h00 / 16h30 – Centre Hospitalier La Chartreuse, Amphithéâtre, DIJON

Mercredi 27 Mars | L’enfant et l’adolescent à l’épreuve du virtuel…

« L’enfant et l’adolescent à l’épreuve du virtuel : entre construction identitaire et conduites addictives »

Michael Stora est psychologue et psychanalyste. Il a créé l’Observatoire des Mondes Numériques en Sciences Humaines (OMNSH). Il a pour particularité d’utiliser les jeux vidéo comme médiation thérapeutique auprès des enfants souffrants de troubles de comportement. Auteur de nombreux ouvrages, notamment : « Guérir par le virtuel » (Presses de la Renaissance, 2005), « Des avatars et des hommes » (Anne Carriere Eds), « Les écrans, ça rend accro…»  (Hachette Littératures, 2007) ou encore « Télé et jeux vidéos » (Nathan, 2010).

Découvrir l’affiche

Inscription souhaitée : 06 30 93 99 52 /mpugliese@mgen.fr

Mercredi 27 mars 2019 – 19h00 / 20h30 – Salle La Colline, Rue Champeau, QUETIGNY

Mardi 2 Avril | Enfance et écrans : de l'emprise vers la maîtrise

Troubles de l’attention, retard de langage, absence de sociabilité, hyperactivité… Et si le problème venait d’une surexposition aux écrans ?

Troubles de l’attention, retard de langage, absence de sociabilité, hyperactivité… Et si le problème venait d’une surexposition aux écrans ?  La consommation d’image est un phénomène social qui semble kidnapper imperceptiblement notre attention : une télévision allumée en permanence, des dessins animés pour faire avaler les repas, des jeux sur applications pour « stimuler » l’éveil ou obtenir un moment de paix… des adultes rivés sur leur smartphone ou leurs jeux vidéo etc.

Parents, travailleurs sociaux, professionnels de l’enfance observent ces dernières années des enfants qui se montrent captivés par les images animées, délaissant les livres et les jouets mis à leur disposition, avec souvent des troubles massifs de l’attention, jusqu’à des symptômes graves évoquant l’autisme : retards de langage, grande agitation, défaut de sociabilité, comportements violents.

Sommes-nous confrontés à une génération inédite d’enfants ? Quels sont les effets sur le développement d’une exposition prolongée aux écrans ? A partir de quel moment considère-t-on que cette exposition est néfaste ? Peut-on parler d’addiction aux écrans ?

Sabine Duflo, psychologue clinicienne et thérapeute familiale, travaille depuis plusieurs années sur la difficile « fabrique » de l’attachement entre un enfant et son entourage. Elle fait l’hypothèse d’une « relation parent-enfant empêchée par un appareil qui génère des images en mouvement, fait du bruit, émet de la lumière ».1

Selon elle, la régulation du temps consacré aux écrans est un enjeu de santé publique. En l’absence de campagnes de prévention sur le sujet, les familles doivent se débrouiller seules car les messages sont brouillés en raison des conflits d’intérêts entre industrie économique et politique de santé.

1 DUFLO, Sabine. Quand les écrans deviennent neurotoxiques, protégeons le cerveau de nos enfants. Paris ; Hachette livre, 2018 . p.13

9h – 12h : « Enfance et Écrans : de l’emprise vers la maîtrise »

Des chiffres pour comprendre
0-5 ans : les risques de troubles envahissants du développement
Histoires de cas
5-10 ans : des troubles de l’attention massifs et des troubles du comportement
Les repères à appliquer en famille.

13h30 – 16h30 : « 10-15 ans et les écrans »

10-15 ans : quels changements ?
Rôle des écrans : positif ? Négatif ?
Histoires de cas
Rôle de l’adulte
Règles et conseils pour protéger le jeune.

Inscription en ligne : https://tinyurl.com/y7xjbdjs

30 € • Tout public

Découvrir l’affiche

Mardi 2 avril 2019 – 9h00 / 16h30 – IRTESS, 2 rue du Professeur Marion, DIJON

Print Friendly, PDF & Email